Sauvegarde et restauration en temps réel

La technologie de sauvegarde de Zextras est la seule qui assure une sauvegarde transactionnelle en temps réel.

Le moteur intercepte et analyse les actions de Zimbra et crée une copie immédiate des données brutes et de tous les changements qui surviennent à ce moment précis.
Le contenu d’une boîte aux lettres est sauvegardé en permanence : emails sortants ou entrants, rendez-vous, contacts, fichiers.

Tous les attributs sont également sauvegardés : le contenu des dossiers, les balises utilisées, l’état de lecture mais aussi toutes les propriétés du compte telles que les préférences, les signatures, les filtres, les personnalités, le hachage des mots de passe jusqu’à la définition complète du domaine incluant les listes de distribution et configurations.

La structure atomique de la sauvegarde permet de reconstruire l’information étape par étape. Il est possible de restaurer un compte à son dernier état ou à un horodatage spécifique.
Les fonctions de sauvegarde de Zextras permettent à la fois de récupérer les éléments supprimés au cours d’une certaine période (par exemple, tous les e-mails supprimés la première semaine du mois précédent), ou même de reconstruire la structure des dossiers de comptes entiers.

L’option de restauration d’un compte est non seulement limitée aux comptes supprimés, mais elle peut également être utilisée pour reconstruire la situation d’un compte compromis.
La sauvegarde de Zextras est basée sur des événements et ne nécessite pas d’exécutions périodiques “complètes” et “incrémentales” : le moteur n’enregistre que les données qui ont été modifiées de manière transactionnelle et cohérente et, par conséquent, l’objectif du point de récupération est pratiquement nul.

Il peut réduire le stockage nécessaire grâce à la déduplication et à la compression des données. Cela implique une réduction jusqu’à 50% du stockage nécessaire pour la sauvegarde et la minimisation jusqu’à zéro des pics d’E/S, ce qui rend cette solution économique et plus performante que les autres alternatives.
La conservation est gérée automatiquement. Les administrateurs peuvent spécifier une période de conservation différente pour chaque serveur, en fonction de leurs besoins et de l’accord de niveau actuel.

La fonction “ExportBackup” permet de créer des snapshots chauds de l’ensemble du serveur ou d’un domaine spécifique en utilisant un format standard et ouvert. Il peut fonctionner en permanence sur un serveur de production en maintenant le service actif.
Les données exportées peuvent être importées dans un autre Zextras quelle que soit la version de Zimbra et il est donc extrêmement facile de mettre à jour – ou même de déclasser – l’infrastructure en toute sécurité.

La sauvegarde maintient sa propre structure de métadonnées et d’éléments, permettant à l’administrateur de rechercher des éléments sans avoir besoin de restaurer un compte : elle permet d’identifier un seul élément et d’extraire le contenu brut.

Un ensemble de commandes dédiées sont utilisées pour vérifier la cohérence de la sauvegarde : elles peuvent identifier et copier tous les éléments que la sauvegarde n’a pas pu sauvegarder -par exemple, en raison de l’indisponibilité du stockage de sauvegarde- et peuvent fonctionner s’il y a des erreurs dans les volumes Zimbra. Par exemple, en cas de corruption du stockage primaire, Zextras Backup peut identifier les blobs corrompus et les récupérer, en gardant le service actif.
La sauvegarde Zextras prend en charge 6 modes de restauration différents – Restauration externe, Restauration par élément unique, Restauration sur un nouveau compte, Annuler, Restaurer le compte supprimé, Restaurer les Blobs – et c’est une stratégie de Disaster Recovery.

Les procédures de restauration et de sauvegarde sont parfaitement intégrées dans la console d’administration de Zimbra, transparentes et totalement indépendantes de l’environnement système.
Si vous utilisez un système de stockage qui assure déjà la redondance des données, il est également possible d’utiliser le mode de sauvegarde “blobless” en sauvegardant uniquement les changements qui se produisent dans les métadonnées.

Dans ce scénario, la restauration pourrait également être exécutée en utilisant le nouveau mode “rawRestore” qui peut réduire de plusieurs ordres de grandeur le “Recovery Time Objective”.